Développement durable : Vers l’intégration des enjeux climatiques dans le système éducatif

Le Sénégal élabore une stratégie de renforcement des compétences pour l’intégration des enjeux climatiques dans le système éducatif, en vue de créer une dynamique nationale de gestion de l’environnement et des ressources naturelles, a déclaré Mama­dou Seydi, conseiller technique au ministère de l’Environnement et du développement durable. «Nous devons inscrire des actions d’information, de sensibilisation, d’éducation, de formation et de participation cito­yenne, au sein de toute les politiques publiques et à chaque étape de l’éducation, que celle-ci soit formelle ou informelle», a insisté M. Seydi à l’Aps.
Il présidait, mardi, un atelier de partage du rapport provisoire d’analyse et de diagnostic consolidés de l’étude portant sur «élaboration d’une stratégie de renforcement des compétences pour un développement résilient face au changement climatique et créateur d’emplois». «Ces actions impliquent le développement de projets multi-partenariaux et co-construits entre les pouvoirs publics, les collectivités territoriales, la Société civile, les organisations communautaires de base, les associations éco citoyens, les partenaires au développement, les centres de recherche, entre autres», a indiqué Mamadou Seydi.
D’après lui, l’atteinte de cet objectif requiert, entre autres, «la mise en œuvre d’actions d’éducation et de formation des citoyens à l’environnement et au développement durable». Ce changement positif de comportement attendu de tout un chacun est la clé de succès de toutes nos politiques de développement mais aussi et surtout d’atteinte de l’émergence que le gouvernement du Sénégal s’est fixé comme objectif en 2035.
Ainsi, cette intégration des changements climatiques dans le système éducatif se concrétise avec l’appui de l’Agence française de développement (Afd), à travers la Facilité Adap’Action, mécanisme financier destiné à 15 pays et organisations régionales pour accompagner des enjeux du climat.
Par ailleurs, le professeur Mbaye Sène a relevé que «le Sénégal, du fait de sa position géographique, est exposé à plusieurs facteurs environnementaux qui peuvent constituer des freins dans l’essor de son économie». «Le système éducatif peut apporter une réponse adéquate pour la transformation qualitative et quantitative de la prise en charge de l’aspect environnement et climat», a indiqué M. Sène, coordonnateur de l’Unité de suivi et de coordination des projets au ministère de la Formation professionnelle.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on email
Email